Le DAB+ : une révolution de retard ?

Publié le 16 septembre 2021 à 15:02 par François Quairel

Un studio de M Radio © Luis Tautiva

Le Digital Audio Broadcasting doit remplacer à terme la FM. Mais au prix d’un changement de récepteur. À l’heure de la 5G, son adoption par le grand public n’est pas une évidence. [Cet article a été initialement publié dans OUR(S) la revue #4]

On l’a longtemps appelée Radio Numérique Terrestre (RNT) en écho à la TNT qui a révolutionné la télévision il y a une décennie. Après plusieurs années à tergiverser, la couverture du territoire du DAB+ donne un coup d’accélérateur. Vingt-cinq radios nationales vont couvrir l’axe autoroutier Paris-Lyon-Marseille l’été prochain grâce à l’activation d’un multiplexe national par le CSA. Pourtant 35 stations diffusent déjà depuis 2017 en DAB+ sur Lyon et sa région. En toute discrétion. Parmi elles figurent des radios inédites comme TSF Jazz, Swigg ou Sud Radio. 

« Le DAB+ c’est d’abord une offre beaucoup plus large que la FM. Beaucoup de radios n’étaient pas autorisées sur le secteur, se félicite Christine Derville, secrétaire générale du CTA de Lyon, antenne locale du CSA. Cela apporte un pluralisme très important. Un auditeur équipé d’un récepteur DAB+ s’en rendra vite compte : la qualité du son est inégalable. »

Mais l’obligation de devoir renouveler son récepteur est un frein à la progression de l’audience. D’autant que l’écoute de la radio sur smartphone s’est beaucoup développée. Le renouvellement du parc auto devrait tout de même aider : les constructeurs doivent désormais intégrer la norme DAB+ sur les autoradios.

De nouvelles stations de radio

Dès juillet, outre les stations bien connues comme France Inter, RTL ou NRJ, de nouveaux programmes vont se lancer comme BFM Radio, version audio de la chaîne d’info, Air Zen Radio ou Skyrock Klassiks, dérivé de la station urbaine. M Radio, la station nationale dédiée à la chanson française éditée par le groupe lyonnais Espace Group, fera également son arrivée sur le DAB+ en national.

« Depuis 2007, nous soutenons le déploiement de la RNT. Avec M Radio, nous avons été l’un des seuls réseaux nationaux à le soutenir, explique Julien Frégonara, directeur général d’Espace Group. La fréquence métropolitaine va nous permettre une couverture optimale alors que notre réseau FM est limité. Nous allons couvrir de nouvelles grandes villes comme Lille, Strasbourg et Toulouse. »

Grâce à des autorisations locales, le groupe va pouvoir diffuser sur d’autres villes avec ses programmes thématiques Jazz Radio, Virage et Générations. Encore faut-il que les auditeurs soient au rendez-vous, sachant que beaucoup d’entre eux ne connaissent pas le DAB+.

« J’ai beaucoup d’appels de personnes qui me demandent quand sera lancé les programmes à Annecy. Beaucoup ont la culture du DAB+ grâce à la proximité avec la Suisse où la norme est très utilisée », insiste Christine Derville.

Pour rendre la radio numérique populaire, les stations vont devoir se mobiliser avec des campagnes auprès des auditeurs. « Nous avons des messages de promotion qui tournent sur nos antennes et nous offrons des récepteurs aux auditeurs », raconte Julien Frégonara. Rendez-vous cet été et d’ici la fin de l’année dans les grandes villes de la région.