Tag : France Messagerie

Médias

Diffusion de la presse : les ex de la Sad iront à Chaponost

Licenciés lors de la liquidation de la filiale de Presstalis en mai 2020, plusieurs dizaines d’entre eux poursuivent une partie de leur ancien travail depuis l’été. Mais le bail de l’ex dépôt de la Sad de Lyon a expiré. Sous la menace d’une expulsion depuis le 9 mars, les salariés ont enfin trouvé un nouveau lieu de travail. À Chaponost.  
Médias

Diffusion de la presse : les ex salariés de la Sad ont jusqu’au 9 mars

Licenciés lors de la liquidation de la filiale de Presstalis en mai, ils poursuivent le travail à Vénissieux depuis cet été. Mais le bail de l’ancien dépôt de la Sad a expiré. Vendredi, le tribunal judiciaire a fixé la date limite d’occupation de ces locaux au 9 mars.  
Médias

Diffusion de la presse : les ex de la Sad n’iront pas à Saint-Priest

Le conseil d’administration de Muvrini gestion a refusé, le 22 décembre, de leur louer son entrepôt de Saint-Priest. Un coup dur pour le projet des ex salariés de la Sad de Lyon. Ceux-ci poursuivent le travail depuis Vénissieux malgré un bail ayant expiré le 24 octobre…
Médias

Distribution de la presse à Lyon : un sursis de quelques semaines

La presse nationale continuera à être distribuée dans la métropole lyonnaise. Au moins dans les prochaines semaines. Les ex salariés de la SAD ont obtenu un sursis et espèrent que la Métropole de Lyon fera son entrée au capital ou les aidera au lancement d’une nouvelle société de distribution.
Médias

Distribution de la presse : la menace d’une nouvelle crise à Lyon

Moins de dix jours. C’est ce qu’il reste au collectif de salariés de l’ex Sad de Lyon, filiale de Presstalis liquidée en mai, pour trouver soit de nouveaux locaux, soit un nouvel arrangement avec leur bailleur. Sinon la presse nationale ne sera plus distribuée.
Médias

Presse : la distribution reprend dans la région, Presstalis devient France Messagerie

Après le choc de la mise en liquidation des dépositaires de presse SAD et Sopocrom, deux filiales de Presstalis, l’un de deux acteurs français de la distribution des journaux et magazines dans les kiosques, la filière voit-elle le bout du tunnel ? Au pire de la crise, en mai et juin, 10 à 15 %…