Les fondateurs de Lyonpeople ont trouvé un nouveau filon

Publié le 6 février 2019 à 16:30 par Mathieu Ozanam

Nicolas Winckler (à gauche) et Marc Engelhard. Les deux fondateurs de Lyonpeople fêtaient, en 2018, leur 17e anniversaire.

Les deux fondateurs de Lyonpeople fêtaient, en 2018, leur 17e anniversaire. Ils ont lancé leur Top 500 des personnalités lyonnaises. [Archives Mathieu Ozanam 2019]

Dix-huit ans après le lancement de Lyonpeople, alors que le business du magazine s’érode, Marc Engelhard et Nicolas Winckler rebondissent. Ils lancent un annuaire qui devrait être une excellente affaire : le Top 500 des Lyonnais.

Une belle opération

Le 6 février, quelque 500 chefs d’entreprises, hommes politiques, personnalités et leurs invités participeront à une soirée de gala à L’Abbaye de Collonges. Le restaurant trois étoiles de Paul Bocuse offrira le cadre de ce lancement, dont l’humoriste Laurent Gerra est le parrain. Ces personnalités se verront remettre leur guide dans sa version premium en cuir, numéroté de 1 à 500.

« Nous cherchions depuis une dizaine d’années un produit BtoB à proposer en parallèle à notre mensuel », expose Nicolas Winckler, le directeur de la publication du magazine people.

C’est plutôt réussi : le guide a déjà réalisé 500 000 euros de chiffre d’affaires. Avec une facturation sur deux exercices, cela portera le CA 2017-18 à 1,25 millions d’euros. Le prochain chiffre d’affaires devrait encore progresser de 20 %.

« En plus, le Top 500 a eu un effet boule de neige : certains chefs d’entreprises nous ont commandé des reportages photo dans le mensuel », se félicite Nicolas Winckler.

Un réseau privé

Une version grand public de ce Who’s Who lyonnais, tirée à 6 000 exemplaires (impression : Chirat), sera mise en vente en maisons de la presse au prix de 19 euros. L’animatrice Alessandra Sublet, le sportif Tony Parker et Laurent Gerra ont prêté leur image pour une campagne d’affichage dans 200 points de vente. De quoi générer un chiffre d’affaires complémentaire.

Mais à ce prix-là, les acheteurs n’auront que le plaisir d’en feuilleter les pages, sans y trouver de coordonnées personnelles. En revanche, ceux qui ont payé leur présence dans l’ouvrage (entre 1 000 et 5 000 euros selon la formule retenue) n’auront pas seulement la satisfaction de faire partie du gratin lyonnais. Ils bénéficieront d’un réseau social privé grâce à une appli développée par le studio lyonnais Dynamic View.

Un tchat privé leur permettra de discuter directement. Ils pourront également envoyer deux notifications par an à ce réseau de 500 personnalités sur leur propre actualité et l’inscrire ainsi à l’agenda partagé. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Dans deux ans, les deux compères veulent lancer un Top 500 Genève. Un partenaire local aurait déjà été trouvé.