Figure cinéphile lyonnaise, Bernard Chardère est décédé

Publié le 28 août 2023 à 11:21 par Mathieu Ozanam

Bernard Chardère
Bernard Chardère à Lyon, en 2016 par Anne Vignaux-Laurent pour la revue Jeune Cinéma. Licence CC BY-SA 4.0

Fondateur de la revue cinéphile Positif et co-fondateur de l’Institut Lumière, Bernard Chardère est décédé à l’aube de ses 93 ans.

Pour ne rien manquer de l'actualité du secteur de la communication en Auvergne-Rhône-Alpes, inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne Le Quatre Heures !

S'inscrire

« Bernard allait avoir 93 ans le 21 septembre 2023. Il s’est éteint paisiblement dans la nuit du 24 au 25 août, dans l’appartement qu’il occupait à Lyon, dans le quartier d’Ainay », informe le communiqué de presse de l’Institut Lumière.

Originaire du Bugey, Bernard Chardère avait créé en 1952 avec des amis du Lycée du Parc à Lyon, la revue Positif  puis la revue Premier Plan. Cette figure lyonnaise avait fait le choix de rester dans la ville qui a vu naître le cinéma. Il s’y investit en étant éditeur, mais aussi en produisant des courts métrages (Films du Galion) et en créant des ciné-clubs. Spécialiste des frères Lumière et de Jacques Prévert, Bernard Chardère est l’auteur de nombreux ouvrages.

En 1978, la direction de la Fondation nationale de la photographie lui est confiée. « J’étais sidéré, je n’y connaissais pas grand-chose. Quand on a ajouté que pour héberger cette fondation, on pourrait peut-être réouvrir la maison des Lumière à Monplaisir, j’ai eu un coup au coeur. J’ai accepté, je me suis battu et on l’a sauvée des promoteurs », témoignait-il auprès du quotidien Libération à l’occasion d’un hommage à l’Institut Lumière organisé par le centre Georges-Pompidou en 1995. Il organise de nombreuses expositions consacrées à William Klein, Edouard Boubat, Robert Doisneau… Jusqu’à ce que la photographie soit « rapatriée » à Paris.

Il obtient le soutien de la Ville de Lyon, de la Région Rhône-Alpes, du Département du Rhône et du ministère de la Culture et ouvre l’Institut Lumière en 1982 avec Raymond Chirat et Bertrand Tavernier. « En hommage, le festival Lumière a créé il y a quelques années un Prix Bernard-Chardère qui récompense un(e) critique de tempérament. L’un des premiers récipiendaires fut son grand ami Michel Ciment. »