Marques

Orange s’adapte aux territoires pour annoncer l’arrivée de la 5G

Publié le 12 février 2021 à 08:45 par Emilie Massard

L’opérateur mobile a choisi une campagne adaptée à chaque ville dans laquelle la 5G est déployée. Elle s’appuie sur les spécificités des territoires.

Orange déploie progressivement la 5G à l’échelle des villes partout en France. L’offre commerciale disponible depuis l’automne, lorsque la couverture est suffisante dans une ville, il faut le faire savoir. Et pour cela, l’opérateur historique a choisi une campagne d’affichage qui s’intègre dans le territoire et attire l’attention.

« Nous sommes très attachés aux territoires, nos équipes sont présentes partout », rappelle Vincent Parisot, directeur de la communication d’Orange Grand Sud-Est. « Il nous paraissait intéressant d’imaginer un clin d’œil à l’histoire, à une spécificité d’une ville. Mais la 5G, c’est aussi la puissance, la vitesse, la densité des informations. Il fallait donc une campagne dynamique. »

C’est donc une simple interjection, dans une création sobre et dynamique, qui orne les affiches aux couleurs de la charte graphique de l’opérateur. Le claim accompagne le message pour appuyer la notion de vitesse et d’instantanéité. Une onomatopée spécifique a été choisie pour chaque ville dans laquelle la 5G est déployée.

« Une agence basée à Paris a fait des propositions pour chacune des déclinaisons », précise Vincent Parisot. « Puis ces propositions ont été soumises aux équipes de communication des territoires pour les valider et vérifier qu’elles s’intégraient bien dans l’écosystème local. »

Clermont-Ferrand, Saint-Étienne et Villeurbanne dans la région

Vingt-et-une déclinaisons ont été imaginées et déployées en fonction de l’avancée de la 5G dans les territoires. Clermont-Ferrand a déjà eu droit à sa campagne en référence aux volcans en fin d’année. Dernièrement, les affiches ont fleuri dans les rues de Saint-Étienne et Villeurbanne, expression typiquement stéphanoise pour l’une comparable au « peuchère » marseillais et une référence au basket pour l’autre. La ville abrite en effet l’ASVEL, le club de Tony Parker.

La campagne s’appuie majoritairement sur l’affichage et la presse spécialisée. Elle a également été déclinée en digital avec des bannières et de l’habillage de pages.