Cyril Salomon : « Je voulais faire découvrir la montagne dans toutes les villes »

Publié le 20 mars 2019 à 07:55 par Mathieu Ozanam

Cyril Salomon dirige la société High Events, organisatrice du festival Montagne en scène. © Cyril Salomon

Le festival Montagne en scène est maintenant bien installé depuis sa création en 2013. Cyril Salomon et Manon Grimwood envisagent maintenant de décliner l’événement jusqu’au Japon, au Canada et aux États-Unis. [Archive Mathieu Ozanam]

La recette paraît simple : une sélection de courts et moyens métrages qui magnifient l’esprit d’aventure d’athlètes (free-riders, trailers, alpinistes…) et tournent dans 70 villes, avec plusieurs dates dans certaines d’entre elles.

« Le festival Montagne en scène, c’est une belle programmation de films qui plaisent aux passionnés, mais que ma grand-mère aura aussi plaisir à voir, résume Cyril Salomon, son organisateur. La quête de l’aventure humaine et du dépassement de soi est éternelle. Elle était présente dès les débuts de l’alpinisme. »

Plusieurs milliers d’aficionados se déplacent pour voir sur grand écran ces exploits. La « Winter Edition 2018 » a ainsi réuni plus de 56 000 spectateurs (+57 %) dans 70 villes et 11 pays. Et en avril la « Summer Edition » partira pour une nouvelle tournée. Fin 2019, plus de 100 000 spectateurs auront assisté au festival itinérant.

Un bouche-à-oreille amplificateur

« Quand nous avons commencé en 2013, notre budget était plus que limité », se souvient Cyril Salomon. Facebook sert de caisse de résonance pour porter le bouche-à-oreille. Surtout quand les athlètes qui fédèrent une communauté de fidèles partagent les posts du festival. Le trailer catalan Kilian Jornet a par exemple plus de 800 000 abonnés sur Facebook. Pourtant c’est initialement à un salon de la montagne qu’avaient pensé Cyril Salomon et Manon Grimwood, tous deux sortis d’un Master en entrepreneuriat à HEC.

« Je passais des heures à regarder des films de montagne sur internet, alors je me suis dit qu’à part installer des stands de stations de ski côte à côte et organiser quelques démonstrations d’escalade, l’intérêt d’un salon serait limité. »

Une marque déjà déposée

Pour la toute première date, c’est le cinéma le Grand Rex et ses 2 700 places qui sont retenus. Un pari risqué et cependant réussi grâce au soutien de ses sponsors, Allibert Trekking et le Vieux Campeur. Il aura pourtant fallu réimprimer tous les programmes et les affiches à deux mois de l’échéance, face à des courriers d’avocat du propriétaire de la marque « La Nuit de la montagne », le nom original du festival.

Plus grave encore, les attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan et dans les 10e et 11e arrondissements interviennent trois jours avant la date prévue au Palais des Congrès de Paris. La manifestation a tout de même lieu et près de 4 000 spectateurs répondent présents. « Nous nous sommes dit qu’il était important de maintenir le festival dans ce contexte. »

Le festival qui passe déjà par l’Angleterre vise maintenant d’autres pays européens, mais aussi l’Asie et l’Amérique du Nord.