Planète Lyon sauve sa peau grâce à Facebook

Publié le 21 novembre 2018 à 08:39 par Mathieu Ozanam

« Planète Lyon est sauvé, mais le combat continue. » Le fondateur du trimestriel lyonnais consacré à l’OL résume ainsi les péripéties administratives qui l’ont confronté à l’Urssaf depuis sept ans. [Archives Mathieu Ozanam]

Toute l’affaire commence le 10 avril 2011. Aymeric Blanc demande à deux cousins et trois de leurs amis de l’aider à distribuer des flyers devant le stade de Gerland afin de promouvoir son magazine. Un coup de pouce payé de la mano à la mano qui ne passe pas inaperçu aux yeux des inspecteurs de l’Urssaf. Qui lui inflige une amende de 21 300 euros pour « travail dissimulé ». 

Après sept ans de controverses, l’Urssaf met l’éditeur en demeure de payer 6 500 euros avant le 3 octobre. À défaut Planète Lyon sera placé en liquidation judiciaire. Aymeric Blanc fait alors appel à ses 10 500 amis Facebook en leur demandant de participer à une cagnotte Leetchi. Il réunit ainsi la somme exigée qui lui permet de proposer un règlement par échéances à l’Urssaf des 12 000 euros restants. 

« Je ne voulais pas que le titre soit liquidé, car mes partenaires en auraient subi les conséquences », explique-t-il.

L’équilibre financier du titre reste toutefois précaire avec un CA de 50 000 euros en 2017. Le trimestriel doit reprendre sa publication en décembre avec son 38e numéro.