Rodolphe Muller (BIG Success) : L’ARPP m’a tuer !

Publié le 12 juillet 2020 à 12:35 par Mathieu Ozanam

Rodolphe Muller est le président du groupe BIG Success

Un sextoy dans une publicité Or en Cash ? L’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) le déconseille. Rodolphe Muller, président du groupe BIG Success, réagit.

C’est un peu le sentiment que j’ai eu lorsque l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) nous a « fortement déconseillé » de ne pas diffuser un spot pour Or en Cash présentant un « petit jouet en latex ». A priori, c’était en vertu de je ne sais quel article de loi, alors même que les ventes de ces fameux joujoux ont explosé de 40 % pendant le confinement et que la publicité en question n’avait rien de vulgaire… De plus, dans la pub ou ailleurs, il n’y a pas de mal à se faire du bien !

La maquette du spot Or en cash a été recalée.

En 20 ans de métier, j’ai vu le Bureau de vérification de la publicité (BVP) se transformer en ARPP, j’ai vu Internet exploser et les jeunes talents se détourner petit à petit de la TV au profit du digital. Pourquoi ? Là-bas, ils ont plus d’espace et de liberté pour s’exprimer. Et oui, la pub TV qui m’a fait tant rêver quand j’étais petit n’intéresse plus les jeunes créatifs et c’est bien dommage. Il faut dire que le législateur, à force de loi, a bien changé la donne. Sous prétexte de protéger le citoyen, nous ne pouvons plus utiliser de mot en anglais, rouler vite, manger devant notre TV, montrer un sein, dire des gros mots, mettre du vin dans un verre… j’en passe et des meilleures.

Les mentions sanitaires doivent occuper 7 % de l’écran, les petits déjeuners doivent être équilibrés (un fruit, un produit laitier et des céréales), les mentions légales durent une éternité, les enfants ne peuvent pas monter sur des tabourets au risque de tomber, on ne peut plus rire de tout pour éviter de choquer je ne sais quelle association… Tant et si bien qu’en une journée de TV, la publicité est presque devenue le seul moment de calme et de volupté. Mes enfants sont plus en danger devant 10 minutes de JT qu’en 144 minutes de publicité sur TF1 ou France TV ! Et que penser d’Hanouna et des Ch’tis à Saint-Tropez ?

Alors, quand on me déconseille de faire cette fameuse pub pour Or en Cash, je m’interroge sur la pub d’avant, celle qui m’a donné envie de faire ce métier. Je me demande si Myriam aurait eu le droit aujourd’hui de retirer le bas ? Si Lajaunie aurait eu le droit de faire « ah ah » et si Dominique Lavanant aurait pu avouer qu’elle ne fumait pas ?

Et puis le père que je suis devenu et le professionnel que je suis, se disent que, finalement, c’est quand même bien d’avoir un régulateur à ses côtés, même si c’est parfois frustrant ! Après tout, les contraintes et les frustrations, ne sont-elles pas justement sources de créativité ?

Et puis, il faut bien l’avouer, heureusement que les juristes sont là pour contrôler les messages, cadrer la folie des créatifs et surtout valider la véracité des messages diffusés contrairement à ce qui se passe trop souvent sur le web. D’ailleurs, c’est peut-être là que le législateur devrait aller siffler la fin de la récré. Car quand on voit ce qu’on y voit, et qu’on entend ce qu’on y entend, on a raison de penser ce qu’on en pense, non ?