Mathieu Maréchal nous a quittés

Publié le 21 juin 2022 à 08:00 par Mathieu Ozanam

Le cofondateur de l’agence Barony, Mathieu Maréchal, est décédé soudainement le 18 mai dernier. Il avait 41 ans.

« Un Homme libre, c’est quelqu’un qui choisit peut-être son itinéraire. Comme quand t’es en montagne, tu sais, tu choisis ta trace. […] j’ai envie de choisir par où je vais monter, […] par où je vais passer. Faut se poser les bonnes questions, faut faire les bons choix. »

Mathieu Maréchal avait choisi cette citation de Stéphane Brosse, triple champion du monde de ski-alpinisme, au moment de dévoiler le nom de l’agence, Barony, qu’il venait de créer avec Jean-Baptiste Duvaud et Xavier Poitau au sein de Trenta, en novembre 2020. Ils allaient bientôt être rejoints par le directeur de création Ludovic Serillon. Un trio d’amis qui décide de prendre son indépendance un an plus tard quand le groupe EDG fait l’acquisition de l’agence Axome (ex Trenta).

Ensemble ils avaient remporté à l’été 2021 la compétition pour repenser la plateforme de marque de l’ASSE. Un premier beau projet qui les avait mis face à des agences déjà bien capées. Pour Mathieu Maréchal, Ligérien de cœur, c’était une fierté supplémentaire d’avoir travaillé pour le club de football mythique de Saint-Étienne. D’autres gains suivront, toujours provoqués par son énergie hors du commun.

Directeur du développement de Dufresne Corrigan Scarlett de 2007 à 2013 (devenue Serviceplan Lyon), Mathieu Maréchal avait rejoint l’agence trublionne Elvis en janvier 2014 avec Jean-Baptiste Duvaud à la direction des stratégies. C’est là qu’ils avaient rencontré Ludovic Serillon, directeur de création.

Mathieu Maréchal avait contribué à faire venir de beaux budgets chez Elvis. Il en était devenu le directeur général en janvier 2017 jusqu’à l’automne 2019 et avait à ce titre grandement participé à sa rapide croissance.

Ceux qui l’ont côtoyé et qui ont pris le temps de connaître l’homme, savent l’intelligence singulière qui était la sienne. Une finesse d’esprit qui lui permettait d’aborder son métier avec une acuité rare, mais qu’il avait l’élégance de dissimuler derrière une autodérision tapageuse !

Nous ne saurions exprimer à quel point l’annonce de son décès plonge toute l’équipe de OUR(S) dans une profonde tristesse. Les échanges toujours joyeux et ses conseils avisés lors de la naissance et des premiers mois de notre jeune média ont été pour nous une aide précieuse.

Nous présentons à sa compagne Delphine, à ses enfants et ses associés Ludovic et Jean-Baptiste nos plus sincères condoléances.